Fanakit

Fanakit > Menu Montage

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Grumman F-14D Tomcat  – Hasegawa 1/72e

Introduction
Vers 1974, gamin, je suis tombé en émoi devant un article du magazine le Fanatique de l'Aviation présentant un F-14A calé dans les 6 heures d'un F-4J, l'article précisant que, quel que soit le scénario d'entrée, le Tomcat finissait derrière le Phantom en quelques secondes. Ainsi commença ma passion pour l'avion.
Fin 2006, fin des opérations américaines du Tomcat avec les derniers vols des F-14D de la VF-31.
Le F-14D est la version optimisée de l'avion, équipée de réacteurs modernes et fiables qui lui confèrent enfin un ratio poids/poussée proche de 1, ainsi que les autres chasseurs de sa génération, une avionique enrichie et une polyvalence qui se rapproche de ce que l'USAF a entrepris en transformant son F-15 en Strike Eagle.
En final si l'US NAVY a retiré le F-14 de la flotte et remplacé par le Super Hornet, c'est pour des raisons de coûts de maintenance, qui ont toujours été élevés sur cet avion, et non d'efficacité opérationnelle, certaines capacités du Tomcat n'étant pas remplacées à ce jour.

La maquette
Pour avoir monté plus d'une douzaine de maquettes de F-14 à commencer par un Monogram ressemblant plus à une maquette grandeur qu'à l'avion, deux Airfix, deux Italeri, un Academy, deux Fujimi, deux Hasegawa "old tool" et maintenant cinq Hasegawa "new tool" – dont deux, un F-14A de la VF-84 et un F-14B de la VF-102 sont en cours de réparation - il est clair que la dernière mouture Hasegawa est, toutes versions confondues, la meilleure représentation du Tomcat au 1/72e.
Ce qui est vrai pour les F-14A à l'échelle est encore plus vrai pour le F-14B et encore plus pour les boîtages de F-14D. Seule la marque Hasegawa a pris en charge quasiment toutes les différences entre les versions.
Ce que nous continuons d'appeler Hasegawa "new tool" est toutefois une maquette datant de plus de 20 ans puisque la maquette est sortie aux environs de 1989. '
2011 apportera peut être une redistribution des cartes puisque le chinois Trumpeter/Hobby Boss a prévu de sortir des Tomcat des trois versions au 1/72e.
En résumé la maquette Hasegawa est complète, juste, bien détaillée, dispose de très jolies lignes de structures qui restent parmi les plus fouillées et les plus fines vues à l'échelle. C'est en contrepartie une maquette assez complexe à monter, sur laquelle une attention doit être portée sur certains ajustements. Une fois maîtrisé, le montage ouvre sur une très jolie réduction de F-14, le genre de modèle reproduisant bien à l'échelle l'allure et les formes de l'original.

Le montage du fuselage avant
La construction commence par une grosse session de peinture blanc brillant, pour tout ce qui concerne les trains d'atterrissages, jantes logements, trappes, intérieur des entrées d'air et des pétales de réacteurs.
Je me suis ensuite tourné vers le traitement de la partie avant du fuselage et le cockpit pour commencer. Les éléments proposés par Hasegawa sont assez complets et détaillés mais peuvent être complétés. Mes deux Tomcat sont équipés des pods LANTIRN. De ce fait le cockpit arrière doit être aménagé en ajoutant un joystick sur la console gauche et surtout en modifiant le tableau de bord en remplaçant l'écran central circulaire (TID encore surnommé fishbowl – bocal à poissons) par un écran rectangulaire de grande taille (PTID : Programmable Tactical Information Display = Ecran programmable d'informations tactiques). Il sera construit en carte plastique fine coupée en rectangle pour l'écran et en bandes très fines pour le tour d'écran.
Les sièges NACES de la maquette sont assez corrects mais sont remplacés par des sièges en résine. Attention à  bien les équiper des cornes brise verrières typiques du F-14D, plus longue sur le siège avant que sur le siège arrière.
L'ensemble du cockpit est peint en gris FS36231, les consoles et les détails des instruments sur les tableaux de bord sont noirs. Les casquettes d'instrument sont également  noires tandis que les bâches qui les recouvrent sur la partie avant varient du vert en passant par le kaki, le brun qui peut être violacé en fonction du vieillissement et du sous traitant les ayant livrés. Une fois que la peinture de base est effectuée, des points de gris, blanc, rouge et jaune principalement sont ajoutés ça et là pour représenter les boutons, fusibles et commandes diverses. La documentation est abondante sur le sujet et facilite la mise en couleurs.
La structure des sièges éjectables est noire avec des coussins olive ou kaki, les  peintures étant grises, brunes ou vert foncé avec des boucles alu. Les boucles d'éjection sont situées sur le bas des sièges sur les F-14D, sur chaque coté de l'assise et entre les jambes des membres d'équipage, et sont jaune strié de noir.
Les F-14D, contrairement aux versions précédentes, sont équipés d'une glace d'affichage tête haute (HUD) qu'il faudra rajouter devant le pilote. Un instrument d'alerte est également placé devant l'opérateur arrière au-dessus de la casquette d'instruments.
Le cockpit étant prêt, il est temps de l'insérer dans les pièces formant le fuselage avant au-dessus du puit de train avant. Avant de réaliser cette opération, ayant décidé de représenter un de mes Tomcat (celui de la VF-2) trappe de logement de ravitaillement démonté comme c'était souvent le cas en opérations, j'ai creusé la trappe avant de créer son logement en carte plastique. La perche de ravitaillement sera elle-même ultérieurement construite en plastique étiré.
A ce stade le cockpit peut donc être enfermé dans le demi-fuselage avant. Le cône radar sera ensuite ajouté après y avoir inséré une grosse olive de plomb.
Attention au choix des pièces optionnelles pour les évents du canon : tous les F-14 récents, et en particulier tous les F-14D étaient équipés des aérations de canon équipé de prises d'air de type NACA et non des grilles abandonnées dès la fin des années 80.

La construction du fuselage
Les éléments du fuselage arrière s'ajustent facilement. Un petit peu d'attention sera portée au collage de la pointe caudale connue sous le nom de "beaver tail" (queue de castor). Par expérience il est facilitant d'affiner les parties du fuselage principal en contact de cette "beaver tail" pour en faciliter l'inclusion et le collage. Ceci évite des ajustements et de fastidieux montage, qui par ailleurs tendent à effacer la très belle gravure des panneaux. Sous cette partie arrière, attention de ne pas oublier de traiter les éjecteurs de paillettes et leurres, proposés par Hasegawa en photo-découpe.
Une fois cette préparation le collage du fuselage avant et du fuselage arrière peut être effectué. De nouveau il peut être conseillé d'affiner les lèvres des pièces du fuselage arrière qui seront en contact du point de collage, toujours afin de faciliter l'inclusion des pièces à coller et de réduire, autant que faire se peut la nécessiter de poncer. Pour tous ces collages, plus ou moins compliqués en fonction de la préparation j'ai, de toutes façons, favorisé les ajustements des parties supérieures du collage qui resteront plus visibles, les parties basses seront par la suite cachées sous le ventre de l'appareil. Ceci dit, du fait des précautions prises, peut être également du fait de l'habitude de cette maquette (4eme et 5eme montages) l'ensemble des surfaces se sont bien ajustées et les ponçages se sont avérés très limités, démentant partiellement la réputation de maquette difficile du Tomcat Hasegawa.
Une opération de ponçage sera toutefois nécessaire pour faire disparaître les lignes de collage. L'étape ultérieure consistera à la mise en place des entrées d'air et fuseaux des réacteurs. Attention au bon sens de collage, il s'agit de pièces droite et gauche même si leur ressemblance peut parfois laisser croire qu'elles sont interchangeables Hasegawa est correct à ce niveau, au contraire des autres propositions au 1/72e en prévoyant des rampes mobiles en bonne position pour un avion au sol. Les entrées d'air sont blanches principalement, les premiers centimètres à l'échelle étant peints dans le gris du camouflage selon des schémas et des délimitations qui varient un petit peu en fonction des avions.

L'arrière du fuselage et les tuyères de réacteurs.
Le F-14D utilise les réacteurs General Electric GE F-110. Les pièces spécifiques sont fournies sur deux grappes identiques G, regroupant chacune 14 pièces pour chacun des moteurs.
Les tuyères sont affinées par l'intérieur et détaillés avec de la carte plastique très fine récupérée à partir de gobelets à café. Elles sont ensuite assemblées en faisant attention à obtenir une couronne circulaire
L'intérieur des pétales est peint en blanc mat ensuite complété avec du noir. Des détails de structures son rajoutés à la pointe de crayon de papier. L'extérieur est peint dans un mélange alu + noir brillant. Les zones de séparation entre les pétales sont traitées au pinceau avec un mélange de noir mat et d'une pointe d'aluminium.
Le raccord fuselage des réacteurs des General Electric des F-14B et D sont des parties en carbone et non métalliques comme sur les réacteurs Pratt & Whitney TF30 des F-14A. De ce fait, les peindre en couleurs métallisées ne convient pas. La solution que j'ai adoptée consiste à peindre la partie de raccordement en noir mat, de la crayonnée au crayon papier gras puis de fixer le marquage de la mine carbone avec un voile de vernis. La jonction avec la tuyère proprement dite est ensuite parachevée avec une fine bande de peinture chrome.

Les trains d'atterrissage
Les trains fournis sont assez complets. Quelques détails en carte plastique, plastique étiré et en fil métallique suffisent à les compléter. La peinture générale en blanc brillant est soulignée d'un jus sépia assez léger qui suffit à relever les détails de façon réaliste. Pour les roues, attention à choisir les jantes les plus récentes qui nécessitent un peu d'affinage pour prendre correctement leur position dans les roues.

Les détails et sous-ensembles
Pour ce qui concerne les charges externes, à mon habitude les avions sont assez peu équipés. Les réservoirs de carburants et les pods LANTIRN, quasiment indissociables des F-14 au cours de leurs dernières années opérationnelles, ainsi que les palettes Phoenix, même si elles ont plus servi à la fixation de bombes que de missiles toujours au cours des opérations irakiennes ou afghanes. Les pods LANTIRN sont numérotés entre les numéros 01 et 75 (nombre de pods achetés par l'US NAVY), chiffres trouvés dans la boites à décalques, et sont peints en gris FS36118 pour nos deux avions.
Les antennes fournies sont remplacées par de la carte plastique fine après avoir supprimé les pieds d'antenne qu'Hasegawa a moulée sur le dos du fuselage : elles n'existent pas sur les avions réels. Une antenne GPS est rajoutée sur le dos de l'appareil en coupant la pointe d'un petit missile Sidewinder au 1/72e et en la collant à son emplacement.

Le montage de l'ensemble
Toutes ces opérations réalisées, le montage final peut commencer, en alternant toutefois des phases de peinture sur certains endroits difficiles à atteindre par la suite.
Les ailes sont assemblées. Le projet, pour les deux Tomcat, les présente ailes repliées comme c'était généralement le cas à l'arrêt. Dans cette configuration tous les volets et becs de bord d'attaque sont rentrés. Pour ce qui concerne le violet, il est conseillé d'araser les guides volets à l'arrière de la partie fixe de l'aile, afin de les rendre affleurants et de faciliter le collage en position des volets.

Peinture et finition.
Les deux F-14D portent le camouflage tactique TPS de l'US NAVY composé des gris bleutés FS35237 pour les couleurs supérieures, FS36320 pour les surfaces latérales et FS36375 pour les surfaces inférieures. Ces couleurs sont courantes et référencées dans la majorité des gammes de peinture.
Pour ce qui me concerne, je reste fidèle aux gammes acryliques Gunze et Tamiya, principalement diluées à l'alcool à 90°.
Une fois le schéma de camouflage principal appliqué, je procède par petites touches pour altérer les couleurs en les éclaircissant avec des couleurs voisines ou du blanc ou en les assombrissant avec des bleus ou des gris plus foncés.
Les décalques sont appliqués assez tôt dans le processus de peinture, ceci afin de les intégrer dans le travail de patine à venir. Ils proviennent d'une planche Superscale pour l'avion de la VF-31 Tomcatters et d'une planche TwoBobs pour l'avion de la VF-2 Bounty Hunters. Certains marquages de cette décoration proviennent de décalques artisanaux d'origine mexicaine édités par un certain Efrain Fernandez. Ce sont principalement les bandes de décoration tricolore dont les fameuses "Langley Stripes" de l'unité. Leur technique d'édition, translucide, leur permet en effet de reproduire un contraste correct, quelle que soit la gamme de peinture employée et les différences de tonalité du rendu du camouflage appliquée sur la maquette.
En fonction des unités et des opérations, il n'y a pas deux Tomcat qui sont retouchés de la même façon et j'ai utilisé deux techniques différentes de vieillissement. L'une sur le F-14D de la VF-2 fait largement appel au liquide de masquage Maskol, l'autre, celui de la VF-31 faisant plus appel à de la peinture à main levée, en jouant à l'extrême des dilutions de peinture. Dans tous les as il convient d'éviter la systématisation et la symétrie des effets. Un avion se patine et est retouché au cours du temps, après plusieurs mois d'opérations avec des effets qui se superposent au fur et à mesure.
Les lignes de structure sont légèrement marquées avec un jus de peinture à l'huile sépia très diluée. Une très légère couche de vernis satiné ou mat est appliquée de façon assez inégale pour sceller les différents effets de vieillissement obtenus.

Finitions

La construction se poursuit par l'assemblage de tous les sous-ensembles, trains d'atterrissage, pylônes, trappes, ailes..

Les trappes sont blanches à l'intérieur, gris FS36375 en surfaces externes, avec une tranche rouge comme sur la majorité des avions embarqués américains. La tranche rouge a été réalisée grâce à un feutre indélébile rouge. Le résultat est plus net, plus facile et plus rapide à obtenir de cette façon.
Pour parler de détail, la grille de ventilation de la trappe de train avant droite était obstruée sur certains F-14D : c'est le cas pour celui de la VF-2 mais pas pour celui de la VF-31, maquette sur laquelle elle est remplacée par une grille en photo-découpe.

Les parties transparentes nécessitent d'être traitées avec attention. Les feux doivent être précisément repérés, particulièrement ceux qui se positionnent dans l'APEX de voilure ou en bout d'ailes qui ne sont pas interchangeables. Ils sont peints avec des couleurs translucides en vert à droite ou rouge à gauche.
La verrière a été poncée pour supprimer le joint de moulage qui se trouve dans son axe médian. Ce joint est le signe qu'Hasegawa a favorisé la qualité du modèle par rapport à la facilité de montage. Il est supprimé en passant une lame de scalpel neuve pour enlever le relief, suivi d'un ponçage très léger puis d'un lustrage au micromesh (grain inférieur à 6000).
Pour parfaire le travail et augmenter la transparence, un passage de la verrière et du pare brise dans un bain de "Future" de Johnson donnera de l'éclat. La vitre centrale du pare-brise sera ensuite légèrement teintée de vert.
La verrière sera enrichie des très bonnes pièces de photo-découpe prévues dans la boîte, en particulier les rétroviseurs et les crochets de fermeture.
Les zones métalliques autour des bouches de canon sont peintes et un des oublis d'Hasegawa est corrigé au feutre indélébile noir à pointe très fine (0,05 mm) qui servira à dessiner des évents d'aération derrière le canon.

Conclusion

La maquette Hasegawa reste le Tomcat de choix au 1/72e malgré quelques complications de montage. Ces dernières opérations permettent de ranger la maquette sur les étagères après lui avoir adressé un complice :

So long, Baby

 

 

Maquette Eric Bade

Fanakit | Montage

F-84G

Retour Menu Montage

Contact webmaster