Fanakit | Montages | Northrop F-5E Tiger II Italeri 1/72ème

f-5e

Northrop F-5E Tiger II

Forces Aériennes Suisse

En l'absence déconcertante de concurrence asiatique pour un appareil aussi célèbre, le F-5E de la marque Bolognaise demeure longtemps après sa sortie la meilleure base au 1/72ème.
A vrai dire si les lignes de structure n'étaient pas en relief cette maquette serait même quasi-parfaite.

En effet, les formes sont bonnes et l'assemblage ne présente pas de mauvaises surprises. De nombreux détails sont présents et bien placés tels les feux de navigation, les aérofreins ventraux ouverts, des trappes de trains riches en détails. Le schéma des lignes de structure est juste, le cockpit est certes simple mais en relief et tout à fait utilisable sans amélioration.
Je pense qu'il s'agit vraiment d'une belle maquette.

J'ai choisi de représenter un F-5E Tiger II livré à la Suisse à partir de 1976 (programme « Peace Alps »).
Cette version était encore équipée du nez rond et des petits apex.
J'ai retenu l'appareil immatriculé J-3012 pour un F-5E du "Flieger Staffel 11" de la Base Aérienne de Payerne.

 

Avant d'appréhender le travail réalisé sur ce modèle, prenons quelques lignes pour rappeler qu'il existe 3 déclinaisons du F-5E/F chez Italeri :

- Le F-5E "première version" avec un nez rond (souvent noir) et les "petits Apex"
F5E_tigerII_01.jpg
Plastique gris, décos assez inexactes et très incomplètes pour Suisse, Usa, Malaisie.

- Le F-5E "à nez plat" ou "Sharknoze" tiré du F-20 Tigershark avec des Apex plus larges.
F5E_tigerII_02.jpg
Plastique blanc, excellente qualité des planches de décalcs pour un appareil de la patrouille acrobatique Suisse ou un "Tigre" jaune et noir. Une maquette de plus en plus onéreuse.

- Le F-5F version biplace  avec "nez plat" et larges Apex
F5E_tigerII_03.jpg
Plastique vert, planche de décalcs simpliste pour Usa, Corée, Iran. Une maquette rare.

 

Quelques sets d'améliorations, produits par des marques exotiques, permettront de réaliser les spécificités de certains F-5  (comme le long carénage à l'avant de la dérive ...).
A part çà, pas grand chose à se mettre sous la dent pour détailler un F-5E à part la planche de photodécoupe Eduard ref SS168.

Gravure du Modèle :

Je me suis d'emblée concentré sur la réalisation des lignes de structure en creux.

Les surfaces des pièces principales sont poncées pour éliminer les lignes d'origines en relief. La surface est mouillée au préalable avant passage en douceur de papier de verre grain fin (360 usé).
Après un rinçage des résidus et un lavage au produit à vaisselle, j'ai effectué plusieurs passages de Micromesh 3600, 4000 ... jusqu'au 6000, qui permet de faire ressortir le dessin des lignes du relief disparu.

Après cette phase essentielle de préparation je me suis tout simplement servi d'une aiguille fine glissée dans un critérium, guidée par de la bande dymo pour creuser légèrement les lignes de structures.
Démonstration dans la rubrique Technique du site

 

Ce travail long pour progresser sur l'ensemble de la surface m'a demandé environ 7h en comptant les phases régulières de nettoyage et passage au micromesh 6000 puis 8000.
J’ai passé un jus pour mieux juger du résultat… j’ai eu mon lot de dérapages, et de courbures mal négociées pour ma première expérience de gravure.

J’ai passé une couche de peinture mate à l’aérographe pour me rendre compte des rectifications qui s’imposaient, d’où ces photos où la base paraît un peu sale après nettoyage à l’alcool à 90 de ma couche d'essai.

La gravure des panneaux latéraux est effectuée après jonction propre de la partie inférieure du fuselage pour parer à d'éventuels décalages des lignes gravées.
Enfin, j'ai passé les lignes au marqueur noir pour apprécier le rendu global de la gravure en comparaison de ma documentation.

F5E_tigerII_04.jpgF5E_tigerII_05.jpg

F5E_tigerII_06.jpgF5E_tigerII_07.jpg

F5E_tigerII_08.jpg

 

Le cockpit :

Il est malheureusement compliqué de trouver un beau siège en résine spécifique au F-5E.
Le sommet du siège est bien caractéristique, et je ne trouve pas les quelques modèles rencontrés très convaincants au niveau de cette zone.
En partant du modèle en résine de la marque True Detais j’ai essayé d'enrichir le sommet du siège en résine pour figurer le siège M-38 qui équipe le F-5E.
J'ai utilisé du profilé Evergreen, mis en forme à l'aide d'une lime et d'un cutter.

De la même manière j'ai tenté de remplir l'habitacle d'un bric à braque, pas forcément réaliste, d'étiré et de découpes d'evergreen. J'ai insisté sur la zone arrière du siège qui renferme le dispositif particulièrement complexe du dispositif d'ouverture de la verrière.

Le tableau de bord en photodécoupe provient de la planche Eduard SS168, tandis que la casquette du tableau de bord est enrichie de chute d'evergreen.

La couleur de base est une couche de gunze H-307 légèrement éclairci au blanc avant reprise des détails au pinceau.

F5E_tigerII_09.jpgf-5e 

F5E_tigerII_11.jpgF5E_tigerII_12.jpg

 

Assemblage :

La qualité de l'assemblage est très bonne pour ce vieux kit même si j'ai utilisé du Mr Surfacer pour tenter d'éliminer la ligne de jonction intrado/extrado. Seule la jonction de la dérive demande un joint plus épais.
Les larges entrées d'air du F-5E sont en place.
J'ajoute un tube de pitot en acier ainsi que les tubes des 2 canons de 20mm.

Je colle le petit carénage d'antenne avant le nez, le carénage du feu de navigation latéral vers l'entrée d'air, le carénage spécifique au F-5 Suisse contre la zone avant la tuyère : il s'agit du RWR (Radar Warning Receiver). Ces détecteurs de signal radar permettent au pilote de savoir s'il est "accroché" par le radar d'un éventuel poursuivant.

Pour la grande antenne VHF dorsale, caractéristique du F-5E, j'ai découpé une dizaine de formes sensiblement différentes dans de la carte plastique avant de trouver la bonne en comparant avec des photos.

F5E_tigerII_13.jpgF5E_tigerII_14.jpg

F5E_tigerII_15.jpgF5E_tigerII_16.jpg

F5E_tigerII_17.jpg

 

Les trains :

Même si cela complique la mise en couleur, je colle les trains et trappes avant peinture. 
Le plastique nu assure une meilleure prise de la colle Tamiya extra-fluide pour un collage résistant.
Les détails d'Italeri sont plutôt riches et je n'ai effectué que quelques ajouts tirés de la planche de photodécoupe d'Eduard déjà citée.
J'ai installé les feux déployés sous les entrées d’air (issus de la boîte à rabiot).
J'ai ajouté quelques brins de plastique étiré pour l'apparence caractéristique du câblage du train arrière (les 2 câbles qui pendent).

F5E_tigerII_18.jpgF5E_tigerII_19.jpg

Pare-brise et verrière :

Traditionnel bain de klir pour les parties vitrées, et séchage à l'abri de la poussière.

F5E_tigerII_20.jpg

On note qu'une aération est présente sur les F-5E Suisses, du coté gauche de la verrière (et non réalisée par Italeri). J'ai tenté de découper cette aération, malheureusement je n'ai réussi qu'à endommager ma verrière. J'ai finalement réalisé cette ouverture en trompe l'oeil en fin de montage, avec une nouvelle verrière.
La mise en place de la verrière et du pare brise demande plus d'attention. Ces pièces sont assez épaisses, mais restent bien limpide.
Il convient de supprimer le "Windshield rain Brush" représenté par Italeri sur le fuselage à l'avant du pare-brise.

F5E_tigerII_21.jpg

Peinture du Modèle :

Les 2 références de peinture pour un F-5E de la Force Aérienne Suisse sont :
FS 36375 et FS36320.

Le gris plus clair :

Une fine couche de FS36375 (Gunze H308), légèrement éclaircie au Blanc brillant Tamiya est appliquée sur tout le modèle. Le Tout très dilué à l'alcool à 90 en vue de pouvoir passer de nombreuses couches sans perdre en finesse.

F5E_tigerII_22.jpgF5E_tigerII_23.jpg

J'ai retravaillé cette base pas à pas de la manière suivante :
- retouches aléatoires au Gris XF-19 Tamiya, puis à nouveau légère couche de H308 un peu plus éclaircie que lors de la première passe,
- passage des surfaces les plus accessibles aux micromesh 6000 puis 8000,
A noter que je préfère passer le micromesh, doucement, à sec. Je trouve que mouiller la surface de la maquette à tendance à étaler le résidu de matière issu du passage au micromesh,
- léger jus Humbrol noir+beige pour faire ressortir les panneaux afin de mieux déterminer les zones  à nuancer de gris différents,
- retouches avec le gris Tamiya XF-66 (un gris très bleuté) très dilué + blanc  pour l’éclaircir,
- reprise de l’ensemble avec le gris de base FS36375 de Gunze très éclairci au blanc brillant,
- à nouveau, je lustre la peinture avec un morceau d’essuie-tout puis au micromesh.

Cette préparation est plutôt longue mais la réaction de la peinture lustrée donne un aspect plus réaliste à mon goût.
Une simple photo est limitée pour vous restituer le rendu à l'oeil nu des nuances de ces opérations successives.

Le gris plus foncé

j'ai attaqué l'application du gris plus foncé Gunze FS36320 mélangé a du 36375, à main levée.
1ère raison : à vrai dire je ne suis pas du tout à l'aise avec les boudins de patafix et autres astuces pour réaliser une délimitation floue. Je n'ai jamais obtenu un résultat qui me convenait vraiment, alors je préfère me lancer "à main levée".
Certes, c'est plus long car il faut s'y reprendre en plusieurs fois pour retoucher "le motif" du camouflage, ce qui oblige à alterner godet gris foncé, godet gris clair etc. Un peu pénible quand on a qu'un godet et qu'il faut retrouver les mélanges.
Compte tenu des nombreux passages escomptés avec cette méthode il faut travailler très fin vu la multiplication des couches de peintures. En général : Alcool à 90 dans le 1/3 du godet mélangé à un coton tige trempé une fois dans la Gunze.

2ème raison : ce schéma de camo est quand même compliqué pour un masquage ! Heureusement, le schéma est variant selon les époques et cela rend du coup tolérable la logique marge d'erreur à main levée.

Avec le Gunze FS36320 j'ai précisé la teinte éclaircie de la première ébauche du schéma de camouflage, bien qu'il puisse être divergent d'un appareil à l'autre, et selon les époques.
Je me suis resservi du gris FS36375 pour mieux délimiter les zones claires, et ajuster le contraste des gris.
Une couche générale très diluée est venue fondre le tout ainsi que diverses pointes de gris divers pour l'effet de patine.
Puis nouvel abus du micromesh, en vue de poser les décalcs proprement sans vernis pour ne pas détériorer les nuances de gris ni épaissir le rendu.

F5E_tigerII_24.jpgF5E_tigerII_25.jpg

F5E_tigerII_26.jpgF5E_tigerII_27.jpg

 

Finitions :

L'ensemble roues/trains/puits de trains reçoit une couche d'AlcladII White Aluminium
Le câblage reçoit quelques pointes de couleurs.

F5E_tigerII_28.jpgF5E_tigerII_29.jpg

La zone renfermant les General Electric J-85-GE21A est peinte en White Alu, les tuyères en Dark Alu.
J'ai fait l'impasse sur l'aménagement de la profondeur du canal de postcombustion, en utilisant la tuyère d'Italeri telle qu'elle.

F5E_tigerII_30.jpg
Outre les roues plus larges spécifiques aux F-5E Suisses pour palier à des pistes très humides voir enneigées, on note la présence du "chaff/flare dispenser" sous le fuselage.

F5E_tigerII_31.jpg

On peut regretter sur ce modèle Italeri le manque de finesse du train avant, en particulier pour un F-5E Suisse puisqu'il est dans la réalité réglé "plus long" de façon à élever le nez (augmenter l'angle d'attaque) en vue de décoller sur des pistes courtes

Le "nez rond" est peint en noir tandis que les feux reçoivent une pointe de "clear green" et "clear red" Tamiya

F5E_tigerII_32.jpgF5E_tigerII_33.jpg

F5E_tigerII_34.jpgF5E_tigerII_35.jpg

 

La décoration est composée par les meilleurs éléments des planches :
- ModelArt 72-016
- Carpena 72-75
- ainsi que l'excellente planche fournie par Italeri dans la boîte au Boxart de la la déco "Tigre".

F5E_tigerII_36.jpgF5E_tigerII_37.jpg

Une légère couche de vernis brillant Tamiya emprisonne les décalcs avant le vernis mat de Gunze.

F5E_tigerII_38.jpgF5E_tigerII_39.jpg

F5E_tigerII_40.jpg

 

Sources utiles à la réalisation d’un F-5 Suisses :

f5e
F5E_tigerII_41.jpg F5E_tigerII_42.jpg
F5E_tigerII_43.jpg F5E_tigerII_45.jpg
F5E_tigerII_46.jpg F5E_tigerII_47.jpg

f5

Fanakit | Montages |

General Dynamics / Lockheed Martin F-16AM Revell 1/72ème